News
Dates
Eulbergs Bestimmungs-Service
Gimmicks
Shop
Interviews
Diskografie
Eulbergs Mikro–Kosmos
Apus apus
Downloads
Links
Kontakt
Impressum
x

Pirol

(Oriolus oriolus)


    info


clubxtrem

Hi Dominik, could you quickly present you at the members of clubxtrem ?

Dear nature- and recordfriends, a big SALUT from Germany. I am now 26 years old and am living in Bonn, where I study geography, geology and biology. My great passions are electronic music and the beauty of nature. I am triing to combine my both affectations and to approximate the beauteousness and the exigency to secure nature to other people, espacially young people.

Can you tell us your meeting with the electronic music ?

I was growing up in a very rural region here in Germany, called Westerwald. There were no clubs where this music was played. So we listened in the beginning of the 90s every weekend to the radioshow "Clubnight" on HR3 were Sven Väth was playing. It was the first music which really interested me and this fascination is in me until today. Because I'm coming from a region between Frankfurt and Cologne I was inspired by both of these Techno-metropols. On the one side there was Frankfurt with it's hard, melodic Techno style with labels like Harthouse, and on the other side Cologne with it's minimal stuff like Profan. I think you can hear these both inspiration sources in my music today...

Which are the elements of this music which attracted you ?

As a boy who grew up arguably sheltered in the nature, my first contacts with electronic sounds were like entering a new, mystical world. I never heard those electronic sounds before and I couldn't explain to myself who these sounds were generated. When you hear a sound of guitar, you can understand the sound is generated by a vibration of the guitar chord. But I never heard something about Oscillators, LFOs, FM-Synthesis and these electronic soundproducing operations. So I was very fascinated to find out and try out how to do this and bought in the course of time a lot of synthesiesers, drummachines and othe music machines.

Which are your others musical influences ?

I am sorry, because electronic music was the first music which fascinated me directly. Before of this was not very much interested in music, but to nature, which influenced me also a lot with its beautiness, its rhythms and cycles and how everything is floating, but everytime it can happen something unexpected.

And who are the actors of this music (artists, labels...) who gave you the desire for implying you in this movement ?

I started to listen to electronic music in 1992. First it was rave and trance sound like Harthouse, Eye Q, R&S or Touché. Then the minimal thing started and I was fallen in love to labels like Profan, Sähkö or Cheap.

Can you describe us how did you start as a DJ, your firts experiences in parties, your meeting with the public, with others artists...

I started to DJ in 1993. First I only played at our own small partys in my home region or at partys in my school (but nearly nobody there liked this music). Very often I played Ambient in the chill-out floor. Later I started to work in a recordstore in my small hometown Westerburg. We were organisating some bigger partys with well known DJs. Then I moved to Bonn, were I became resident in a club and in a Café every Thursday evening. Then in the course of my releases, my DJ activity arised very quick and no I am playing in the whole world.

How did your style of mix evolve with the passing of years, as well on the musical level than on the technical level ?

When you are DJing regularly it goes over to your blood and meat. It's like to ride a bicycle, if you once have learned it, a programm in your subconsciousness is regulating the technical and you can more concentrate to the people on the dancefloor, to look them in the eyes and see and feel the vibrations and then return them and then force up the whole feeling. With my music syle I am always open for everything and like to surprise the people and doing up and downs in my set.

What do you try to bring to people when you are mixing ?

For me its very important that the DJ is part of the partycrowd. I like it more when the DJ-desk is in or close to the people than staying on a big, far away shielded stage, than its harder to be a part. I am going to clubs and am dancing since I'm 14, so the way I was socialised by the music was as a dancer, not as a DJ and I don't want to lose this feeling. Sometimes I am so in the music and am dancing, that even forget that I'm the DJ.

Which is your best memory of party ?

I really love Open-Air festivals, this is my world. A nice sunrising compared with the right record can cause a real magical moment. In Germany my favorite Clubs are Studio 672, Robert Johnson, Berghain or Harry Klein. The crowd in these clubs is as I like it, you can play very abstract, people are very tolerant. My favorite gig this year was in Leeds, the club was burning and I drank a lot of Jägermeister J.

And your worst ?

Sometimes, luckiely it happens not often, its very hard to get a contact to the crowd. Some clubs booked me, cause I'm popular now, but the crowd is not good attucated, or familiar to our music, they only eat what they know, and only want hits. Than its not a real amusemt...

In which contry do you dream to play ? And with which artists ?

At the moment I am playing in whole Europe and Japan. A North-America tour is also considered. So I am very happy with this. My favorite candidate to play with at the moment is James Holden, cause I never heard him Djing, but a lot of people already told me that he is also as a DJ wicked.

When did you start to create your own track ?

I started to produce electronic music in 1994. I was very fascinated by the way to generate this music, so I bought a lot of analog machines with money I earned by vacationjobs. But firstly I only made sound experiments and no whole tracks. My first tracks I produced in 1996. It was alway only a big passion. Making music is also very important balance. Its like therapy. When I feel stressed I can cut of all my thoughts by slipping into the worl of music. My first own record was released in 2003. So it took a long time from starting to make music till releasing. With hindsight I am glad that it took so long, cause I am now very adapted and equal to all the the tasks which are coming now.

What gave you desire for producing ?

My impulse was the fascination for this world of mystic sounds. I wanted discover it. As a boy who lives in a very natural region it was like slipping into a new world.

Can you describe us the influence which nature had for you ?

I am a real nature lover! I'm studying ecology in Bonn, and I am a passionate ornithologist and sometimes work as a ranger in national parks. I take a lot of inspirations from the nature. On the one hand nature inspires me indirectly with its beautiness and it annaul rhythms. I try to express a natural feeling with my tracks. For example like a feeling or thoughts you have when you sit on a beautiful on reedrounded lake with a wonderful sun setting. I am trying to paint those pictures and moments with my music in an acustic way. On the other hand I sample a lot of nature-sounds in the nature with my laptop. For example in my remix for Dirt Crew (Dirt Crew - Largo (Dominik Eulberg Remix) (Dirt Crew Rec) -> December 2004) you can hear a 3 minute nature break of animals I recorded in my home region. Some of these nature sounds sound like synthesisers and a lot of people ask me “Oh what machine made this sound?” and I tell them that its an animal. Or an other example: compare a frogquacking with a Roland TB-303 sound. But nature is also a very important place for my mental balance, which gives me a lot of energy and is a perfect place to switch of from the hectic music business.

Then you met Riley Reinhold and Jacqueline. What brought these two characters for you ?

It is really pleasing to work with these both. They are not only business partners but also friends. We talk about everything and I feel to be in good hands. They give me a very good platform to work very free without any deadline pressure. We cooperate in a lot of things like doing own T-Shirt or a screensaver and they are really good motivators for my musical doing.

Can you speak us more longer about your first album "Fauna and Flaura" : from which "reflexions" was it born, what is the message(s) of it...

This album is a real piece of myself. It's the way to link both my passions, nature and techno. I selected 10 animals and flowers of our homely flora and fauna, which have interested me and wrote a song for them. Sometimes I also used samples of these animals in these tracks. On the backside of the cover, I wrote a small story to each animal/flower, to show the listener how wonderful our nature is. It should inspire the love of nature, or they simply should say: "hmm, very interesting, I didn't knew that!". The cover shows these 10 animals and flowers. I made it together with Jaacqueline from Traum. It took 6 weeks of time. So it was twice as much time than doing the music for it.

You have remixed a lot of artists : Roman Flügel, Tiefschwarz, Dirt Crew, Ozy, Le Dust Sucker, Einmusik... What do you try to bring to the original version ?

I want to give the original tracks my own handwriting and interpret it new. I add own parts and modify parts I like from the original. Its like playing Lego you get a bulding made of many Lego-stones and build a new one out of it.

Which is the track which you dream to remix ?

I am actually in the lucky situation to remix my favorite all-time classic hit Cold “Stobe light network”.

In 2005, you are rewarded "Best Incomer" during the Deutsch Dance Music Awards. What did you feel at this moment ?

I am sorry, you are wrong informed in this thing. I only was nominated as “Best Newcomer” and “Best Remixer” but this Eric Prydz won the price. No more comment ...

Can you give us your point of view on the future of the electronic music.

I think electronic music is at the moment in a big reformation. A lot of young very talented producers like Nathan Fake, Robag Wruhme, James Holden or Alex Smoke sprout out of soil.

Which are your projects for soon ?

Out now are a few remixes for Tiefschwarz, Einmusik, Le Dust Sucker or Cosmic Sanwhich and a Remix-EP for my “Rotbauchunken” from Robag Wruhme and Tobi Neumann and a Remix-EP for my Rocco Branco project on Platzhirsch from Misc. and Einmusik. In May a new EP from me on Raum...Musik is coming out and a new track for the Cocoon Box. In June there will be a remix from me for Nathan Fake and a new Rocco Branco EP on Platzhirsch. At the moment I am doing a new remix for Cocoon and a remix for DJ Hell. In autum there also will be a new Traumschallplatten EP and remixes for my album. It won't get boring...

Salut à tous.

Voici ma première interview, et je suis très heureux de vous présenter Dominik Eulberg.

J'ai découvert ce jeune artiste allemand il y a seulement trois mois environ. J'étais chez un disquaire, et, "intrigué" par la pochette de son album "Flora And Fauna" sorti sur Traum, je me suis mis à écouter l'album. Je suis alors tombé sur une techno minimale douce et naturelle. Je me suis laissé allé au fil des morceaux, et c'est dans cet album que j'ai pu écouter sans aucun doute l'un des plus beaux morceaux éléctroniques que j'aie jamais entendu : le dernier morceau, intitulé : "Der Zug Der Kraniche: Boten Der Veränderung".

Salut Dominik, peux-tu rapidement te présenter aux membres de Clubxtrem ?

Un grand SALUT d'Allemagne. J'ai 26 ans et j'habite à Bonn où j'étudie la géographie, la géologie et la biologie. Mes grandes passions sont la musique électronique et la beauté de la nature. J'essaye de combiner les deux et de rapprocher la beauté et l'exigence pour expliquer la nature à d'autres gens, particulièrement aux jeunes.

Peux-tu nous raconter ta rencontre avec la musique électronique ?

J'ai grandi dans une région très rurale en Allemagne, appelée Westerwald. Il n'y avait aucun club où cette musique était jouée. Ainsi, au début des années 90, nous écoutions chaque weekend l'émission de radio "Clubnight" sur HR3, dans laquelle jouait Sven Väth.

C'est la première musique qui m'a vraiment intéressé et cette fascination est encore présente en moi aujourd'hui.

Puisque je viens d'une région entre Francfort et Cologne, j'ai été inspiré par ces deux ville Techno. D'un côté il y avait Francfort, caractérisée par sa Techno dure et mélodique, avec des labels comme Harthouse, et de l'autre, Cologne, avec sa substance minimale comme le label Profan. Je pense que vous pouvez entendre ces deux sources d'inspiration dans ma musique aujourd'hui.

Quels sont les éléments, les caractéristiques de cette musique qui t'ont attiré ?

En tant que garçon ayant grandi abrité dans la nature, mes premiers contacts avec les sons électroniques étaient comme entrer dans un nouveau monde, un monde mystique. Je n'avais jamais entendu ces sons électroniques avant et je ne pouvais pas m'expliquer comment ces sons étaient produits. Quand vous entendez un son de guitare, vous pouvez comprendre que le bruit est produit par une vibration de la corde de la guitare. Mais je n'avais jamais rien entendu au sujet des oscillateurs, des LFOs, des FM-Synthèse et de ces opérations produisants des sons électroniques. Donc j'ai été très fasciné de découvrir et d'essayer de faire cela, et j'ai acheté peu de temps après beaucoup de synthetiseurs, de drum machines et d'autres machines de musique.

Quelles sont tes autres influences musicales ?

En fait, la musique électronique est la première musique qui m'a fasciné directement. Avant ça, je n'étais pas beaucoup intéressé par la musique, mais à la nature, ce qui m'a également beaucoup influencé avec sa beauté, ses rythmes et cycles et comment tout flotte, et la fait qu'à tout moment il peut se produire quelque chose d'inattendu.

Et quels sont les acteurs de cette musique (artistes, labels...) qui t'ont donné l'envie de t'impliquer dans ce mouvement ?

J'ai commencé à écouter de la musique électronique en 1992. D'abord c'était les raves et la Trance avec des sons comme Harthouse, Eye Q, R&S ou Touché. Puis le son minimale a commencé et je suis tombé amoureux des labels comme Profan, Sähkö ou Cheap.

Peux-tu nous décrire tes débuts en tant que DJ, tes premières expériences en soirées, le contact avec le public, avec d'autres artistes...

J'ai commencé ma carrière de DJ en 1993. D'abord je jouais seulement lors de nos propres petits soirées dans ma région ou lors de soirées à mon école (mais presque personne n'aimait cette musique). Très souvent je jouais Ambiant sur le floor chill-out. Plus tard j'ai commencé à travailler dans un disquaire dans ma petite ville natale de Westerburg. Nous avons organisé quelques grandes soirées avec des DJs très connus.

Puis j'ai déménagé à Bonn, où je suis devenu résident dans un club et dans un café chaque jeudi soir. Puis, suite aux sorties de mes productions, mon activité de DJ a très vite explosé et maintenant je joue dans le monde entier.

Comment est-ce-que ton style de mix a évolué au fil des années, aussi bien sur le plan technique que sur le plan musical, et qu'essayes-tu d'apporter au public ?

Quand tu es DJ régulièrement, ça va plus facilement avec les gens. C'est comme monter à vélo : si tu l'as appris une fois, un programme dans ton subconscient règle la technique, et tu peux plus te concentrer aux personnes sur le dancefloor, les regarder dans les yeux, voir et sentir les vibrations, et puis les faire monter vers un sentiment de bonheur absolu. Avec mon style de musique je suis toujours ouvert pour tout et j'aime étonner le public et faire des montées et descentes dans mes sets.

Comment considères-tu ta place dans une soirée ?

Pour moi c'est très important que le DJ fasse partie de la foule lors des soirées. J'aime beaucoup quand la scène des DJs est au centre ou près des personnes plutôt qu'il soit dans une grande scène protégée et éloignée, car c'est plus dur d'être dans la fête.

Je vais dans des clubs et danse depuis l'âge de 14 ans, ainsi la manière par laquelle je fus sociabilisé par la musique était en tant que danseur, pas en tant que DJ, et je ne veux pas perdre ce sentiment. Parfois je suis tellement dans la musique et en train de danser que certains oublient même que je suis le DJ.

Quel est ton meilleur souvenir de soirée ?

Il n'y a pas un souvenir particulier qui me vienne en tête. J'aime vraiment beaucoup les festivals en plein air, c'est mon monde. Un doux lever de soleil accompagné d'un bon disque peut entraîner un vrai moment magique. En Allemagne, mes clubs préférés sont le studio 672, le Robert Johnson, le Berghain ou le Harry Klein. La foule dans ces clubs est comme je les aime, tu peux jouer très abstrait, les gens sont très tolérants. Ma soirée préférée cette année était à Leeds, le club brûlait et j'ai bu beaucoup de Jägermeister J.

Et le pire ?

Parfois, heureusement cela n'arrive pas souvent, c'est très difficile d'obtenir un contact avec la foule. Quelques clubs m'ont booké parce que je suis populaire maintenant, mais la foule n'était pas réceptive ou familière à ma musique, ils mangent seulement ce qu'ils connaissent, et voulaient seulement des hits. Ce n'était pas très amusant.

Dans quel pays rêves-tu de jouer ? Et avec quels artistes ?

En ce moment je joue dans toute l'Europe et au Japon. Une tournée en Amérique du Nord est également prévue. Donc je suis très heureux avec ceci. Mon candidat préféré avec qui j'aimerais jouer est à l'heure actuelle James Holden, car je ne l'ai jamais entendu mixer, mais beaucoup de gens m'en ont déjà dit le plus grand bien.

Quand as-tu commencé à composer tes propres morceaux ?

J'ai commencé à produire mes propres morceaux en 1994. J'ai été très fasciné par le fait de produire cette musique, ainsi j'ai acheté beaucoup de machines analogiques avec de l'argent que j'avais gagné pendant des jobs d'été. Mais au tout début je faisais seulement des expérimentations de sons, et pas des tracks entiers.

J'ai produit mes premiers morceaux en 1996. C'était toujours seulement par grande passion. Faire de la musique est également un équilibre très important. C'est comme une thérapie. Quand je suis stressé, je peux couper toutes mes pensées en glissant dans le monde de la musique.

Mon premier disque est sorti en 2003. Donc cela a pris beaucoup de temps entre le moment où j'ai commencé à faire de la musique, et le moment où c'est sorti. Avec le recul, je suis heureux que cela ait pris tant de temps, car que je suis maintenant vraiment prêt et serein face à toutes les tâches qui viennent.

Qu'est-ce-qui t'as donné l'envie de produire ?

Mon impulsion a été la fascination pour ce monde de sons mystiques. J'ai voulu le découvrir. En tant que garçon qui a grandi dans une région très naturelle, c'était comme le glissement dans un nouveau monde.

Peux-tu nous décrire l'influence que la nature a eu pour toi ?

Je suis un vrai amoureux de la nature ! J'étudie l'écologie à Bonn, et je suis un ornithologiste passionné et je travaille parfois en tant que garde forestier en parcs nationaux. Je prends beaucoup d'inspirations de la nature.

D'une part la nature m'inspire indirectement avec sa beauté et ses rythmes. J'essaye d'exprimer un sentiment naturel avec mes morceaux. Par exemple comme un sentiment ou une pensée que tu as quand tu t'assis au bord d'un lac avec un merveilleux soleil. J'essaye de peindre ces tableaux et ces moments avec ma musique d'une manière acoustique.

D'autre part, je sample beaucoup de bruits dans la nature avec mon ordinateur portable. Par exemple dans mon remix pour Dirt Crew [Dirt Crew "Largo (Dominik Eulberg Remix)" Dirt Crew Records], on peut entendre un break de trois minutes avec des sons et bruits de la nature et d'animaux que j'ai enregistré dans ma région. Certains de ces bruits ressemblent à des sons de synthétiseurs, à tel point qu'un bon nombre de gens me demandent : "Oh, quelle machine fait ce son ?", et je leur réponds que c'est un animal. Ou un autre exemple : comparez un bruit de grenouille à un bruit de Roland TB-303.
Mais la nature est également un endroit très important pour mon équilibre mental, qui me donne beaucoup d'énergie et c'est un endroit parfait pour s'éloigner des affaires agitées de la musique.

Puis tu as rencontré Riley Reinhold and Jacqueline. Que t'ont apporté ces deux personnes ?

C'est vraiment très agréable de travailler avec eux deux. Ils sont non seulement des partenaires financiers mais également des amis. Nous parlons de tout et je me sens entre de bonnes mains. Ils me donnent une très bonne plateforme pour travailler, très librement, sans n'importe quelle pression de date-limite. Nous coopérons à beaucoup de choses comme fabriquer notre propre t-shirt ou faire un fond d'écran, et ce sont vraiment de bons motivateurs pour mon activité musicale.

Peux-tu nous parler un peu plus longuement de ton premier album intitulé "Fauna and Flaura" : à partir de quelles "réflexions" est-il né, quels sont les messages... ?

Cet album est très personnel et introspectif. C'est la manière de lier mes deux passions, la nature et la techno. J'ai choisi dix animaux et fleurs de la flore et la faune de chez moi qui m'ont intéressé, et j'ai écrit une chanson pour eux. Parfois j'ai également utilisé des samples de ces animaux dans mes morceaux.
Sur le verso de la couverture, j'ai écrit une petite histoire à chaque animal/fleur, pour montrer à l'auditeur à quel point notre nature est merveilleuse. Elles devraient inspirer l'amour de la nature, ou elles devraient simplement dire : "hmm, très intéressant, je ne savais pas cela !". La couverture montre ces dix animaux et fleurs. Je l'ai faite avec Jacqueline du label Traum. Cela a pris six semaines. Et deux fois plus de temps pour faire la musique.

Tu as remixé beaucoup d'artistes : Roman Flügel, Tiefschwarz, Dirt Crew, Ozy, Le Dust Sucker, Einmusik... Qu'essayes-tu d'apporter à la version originale ?

Je veux donner à la version originale ma propre écriture et l'interpréter à nouveau. J'ajoute mes propres parties et je modifie les parties que j'aime de l'original. C'est comme jouer au Lego, lorsque vous construisez un building fait de beaucoup de pièces et que vous en construisez un autre à côté.

Quel est le titre que tu rêverais de remixer ?

J'ai actuellement la chance de remixer mon classic préféré : Cold "Stobe Light Network"

Peux-tu nous donner ton point de vue sur l'avenir des Musiques Electroniques ?

Je pense que les Musiques Electroniques sont à l'heure actuelle dans une grande phase de reformation. Beaucoup de jeunes producteurs très talentueux comme Nathan Fake, Robag Wruhme, James Holden or Alex Smoke arrivent.

Quels sont tes projets pour bientôt ?

Viennent juste de sortir mes remixes pour Tiefschwarz, Einmusik, Le Dust Sucker et Cosmic Sanwhich, un Remix-EP de mon “Rotbauchunken” par Robag Wruhme et Tobi Neumann, ainsi qu'un Remix-EP pour mon projet Rocco Branco sur Platzhirsch signé par Misc et Einmusik.

En mai, un nouvel EP sortira sur Raum...Musik, et un autre sur Cocoon Box.
En juin, la sortie du titre "Dinamo" de Nathan Fake que j'ai remixé et un nouvel EP de Rocco Branco sur Platzhirsch.

En ce moment je suis en train de faire un remix pour Cocoon et un autre pour DJ Hell.

En automne, il y aura un nouvel EP sur Traumschallplatten et des remixes de mon album.

Et pour finir, que penses-tu de Clubxtrem ?

Pour dire vrai, je ne connais pas beaucoup de choses de ce site car je n'ai que quelques petites connaissances du français, mais pour ce que j'ai vu et ce que j'ai compris, c'est un très bon et important travail pour la scène électronique française. Quoi qu'il en soit, je vous souhaite tout le meilleur…

Dominik, merci infiniment.