News
Dates
Eulbergs Identification-Service
Gimmicks
Shop
Interviews
Discography
Podcasts
Apus apus
Downloads
Links
Contact
Imprint
x

Oriole

(Oriolus oriolus)


    info


out soon

Birdie By Darko

Dominik Eulberg

Le jeune Dominik a une manière bien à lui de créer de sa musique. Classé dans la scène minimale parce qu'il est signé sur Traum et que tous ses potes bossent chez Kompakt, on peut tout de même dire que c'est bel et bien un renouveau dans la Techno. Dominik est proche du son très particulier des Wighnomy Brothers alias Robag Wruhme, leurs tracks sont déstructurés et proposent des sonorités vraiment nouvelles. Après plusieurs singles, Dominik Eulberg sort un premier LP très inspiré.

Sortiront après le mois de janvier, un maxi sur Trapez, un track sur une compile de Traum, .. “Je fais un remix du (gros tube ndr) single de Roman Flügel, ”Geht's Noch?” sur Cocoon et des remixes pour Dirt Crew, Dust Sucker, Nathan Fake, Tiefschwarz et Gabriel Ananda,…” Qui dit mieux?

Explique nous ton parcours et comment tu es arrivé sur Traum Schalplatten?
Je produis de la musisque depuis 1994, depuis que j'ai quinze ans donc. J'ai été très vite fasciné par la musique électronique. Ce fut une expérience quasi mystique pour moi, inexplicable,.. Comment ces sons étaient-ils générés? Je me suis très vite équipé pour voir comment ça marchait. Au début, ce que je faisais ressemblait plus à de la recherche musicale. Je n'avais d'ailleurs aucun but dans la création musicale. Ce n'est que bien plus tard que j'ai commencé à développer des morceaux entiers. Puis c'est par le biais de connaissances, qu'un de mes cd est arrivé chez Mathias Schaffhäuser, il a sorti mon premier maxi sur son label WARE. Plus tard j'ai rencontré Riley lorsqu'il travaillait encore au magasin de disques Kompakt à Cologne, il a ensuite sorti un maxi sur Traum, l'année dernière.

Ta manière de penser la musique est plutôt nouvelle et innovante. Quelle a été ton éducation musicale, dans quel environnement a-t-elle eu lieu?

J'ai grandi dans une région très “rurale” ici en Allemagne. Il n'y avait pas de clubs où on jouait cette musique. On écoutait beaucoup la radio, il y avait une émission qui s'appelait “Clubnight” sur HR3, c'était Sven Väth qui jouait. Donc j'ai une éducation tout à fait “normale” à ce niveau là. La musique ne m'intéressait pas outre mesure avant ça, mais j'ai été comme fasciné et je le suis toujours aujourd'hui. Ma manière de penser la musique est peut-être un peu différente parce que je prends mon inspiration dans la nature dont je suis un vrai amoureux.

C'est difficile de catégoriser ta musique, malgré le fait que ça ressemble vraiment à de la Techno, on ne peut s'empêcher de faire la comparaison avec la musique de Robag Wruhme qui sont plutôt dans le phénomène du “less is more”.

J'aime beaucoup les sons de Gabor (Moitié de Robag Wruhme ndr). Il a une manière facile, bien à lui de générer une énergie pleine de fun. Il est en train de faire un remix de mon single "Die Rotbaucunken vom Tegernsee" sur Traum. Je trouve difficile de catégoriser ma musique ou la musique en général. Pour moi c'est important qu'elle aie sa propre signature. Mais je dirais que je fais de la Techno avec des “effets surprises”. Je ne veux pas me laisser enfermer dans un canevas.

Tu mènes une double carrière de front puisque tu es DJ avant l'heure,..

Je suis DJ depuis 1993. J'ai commencé de manière très modeste dans ma région où je travaillais également dans un magasin de disques en paralèlle de l'école. Donc je ne suis pas vraiment un débutant.

Sur ton site j'ai lu ton top 10, celui de tes morceaux fétiches et j'ai été très étonné, il y a des tracks qui datent de 96, du label belge Reload notamment mais aussi des Strictly Rhythm qui est plutôt un label House.

Ce sont mes disques favoris, ils m'ont beaucoup influencé. Ce track, Cold - Strobe light network (Reload) est un des plus beaux single que j'ai jamais entendus J'associe ces sons à des images scintillantes. The Mole People sur Strictly Rhythm, a été pour moi (c'est toujours le cas) une expérience très forte en émotions,.. Les labels ont peu d'importance mais ces labels étaient très présents dans mon environnement sonore à cette époque.

Outre le fait que tu vives en Allemagne, est ce que tu te sens proche de la scène allemande?

Bien entendu, je suis très proche de la scène allemande, j'ai de très bons amis qui travaillent chez Kompakt et d'autres encore comme Gabriel Ananda. La seule grande différence que j'ai avec d'autres artistes de la scène électronique c'est que je suis un grand amoureux de la nature et que cette passion ne tarit pas. J'étudie donc l'écologie et l'ornitologie à Bonn.